Angers SCO Volley-Ball : site officiel du club de volley-ball de Angers - clubeo

Un jour, Clémentine Ernoult !

13 janvier 2018 - 19:13

Nous vous proposons pour cette année 2018, une interview d'avant-match. Chaque week-end de match, un joueur ou une joueuse répondra à nos questions. Vous pourrez en connaître un peu plus sur la personne.

Cette semaine, Clémentine Ernoult, membre des Flingueuses qui s'est prêtée à ce jeu. Nous en apprenons un peu plus sur son rythme de vie, elle nous fait son bilan sur cette première partie de saison et dévoile son plan de carrière pour la suite.

 

« Un jour, Clémentine Ernoult, 24 ans depuis le 5 janvier dernier, 1m64 (elle peut aller jusqu’à 1m70 les bras levés, ndlr). C’est une joueuse plutôt complète et elle peut jouer à tous les postes. Elle est arrivée au SCO Volley il y a 4 ans en provenance de Saint Barthélémy d’Anjou. Sa particularité au volley est le tamalou. »

Tu arrives de l’IFEPSA, une école reconnue pour ses étudiants plutôt studieux, où l’ambiance de travail prime … Comment arrivais-tu à concilier ton temps à l’IFEPSA, ton temps (autres activités styles service civique ?), ton temps aux entraînements, ton temps à la musculation, ton temps pour tes matchs, ton temps pour suivre les jeunes et ton temps personnel ? (rythme de vie)

« Mes études m’ont pris énormément de temps … Enfin au début ! Après, je me suis de plus en plus consacrée au volley. Je suis parti de l’IFEPSA en deuxième année et j’ai poursuivi avec un BPJEPS. Et, de par les stages que j’ai effectués au SCO Volley, j’ai passé la majorité de mon temps à la salle Jean Rousseau. »

C’est donc avec Richard que tu passais la majorité de ton temps. As-tu redécouvert la culture musicale ? Finalement, penses-tu qu’au fond de lui-même, Richard ne serait pas un fan caché de Damso ?

« Je le pense oui. Il cache bien son jeu. Finalement, il a appris à l’aimer grâce à ma persuasion. Mais, il n’y a pas que Damso. Sa radio était un peu énervante. Des fois, il y avait des citations dans les chansons et on se faisait un petit combat. Si j’arrivais la première, j’avais le monopole du son. Il y a eu de bonnes parties de rigolades. »

Plus sérieusement, nous revenons sur ce début de saison. Vous avez commencé très fort avec deux victoires en trois sets contre Niort et Saint Cloud puis deux matchs magnifiques qui resteront dans les annales du SCO Volley contre Malakoff et Quimper où finalement vous perdez au tie-break. Que s’est-il passé par la suite ? Est-ce que l’on t’a jeté un mauvais sort à ton retour de la Réunion ?

« C’est décevant. Nous étions pourtant bien parties. Mais nous avons affronté des équipes difficiles qui jouent le haut du tableau, qui étaient nettement au-dessus de nous. On fait des bons matchs mais les scores font très mal. Nous avons réalisé des non-matchs aussi contre Neuville notamment … Je scrute plutôt les places sur le banc donc il m’est difficile d’apporter plus de solutions. Les absences (Valentine et Sarah, ndlr) ont aussi commencé à se faire ressentir. La confiance et l’ambiance ont commencé à se dégrader. Il n’y avait plus l’euphorie du début de saison. Mais on apprend toujours des situations plutôt pénibles. D’autres équipes se battent aussi pour le maintien. Je pense que pour retrouver la victoire, il faudrait que l’on joue libérées, surtout à domicile devant notre public. Et dès ce week-end ! »

Nous savons aussi que tu étais partie à la Réunion, non pas pour les vacances mais pour le recrutement de l’année prochaine. Est-ce que quand tu bronzais… tu observais les joueurs sur la plage, un joueur est sorti du lot et serait enthousiaste à l’idée de rejoindre le soleil d’Angers ? Ou est-ce que ce serait pour te rejoindre plutôt ?

« J’avoue, j’ai vu plein de joueurs… mais plutôt dans le gymnase. Je pense qu’ils préfèreront la chaleur de La Réunion. Même si la température angevine est agréable ! Je n’en ai pas ramené malheureusement mais j’y retournerai. Après avoir eu une longue discussion, une ancienne joueuse (Marina Fontaine) de la maison serait tentée de revenir pour l’année prochaine. Elle joue actuellement dans un club de Saint Denis. »

En parlant d’avenir, nous arrivons sur la suite de la saison. Afin de se projeter sur le match de demain et la deuxième partie du championnat, il faudrait une victoire à nos Flingueuses demain 16h à la salle Jean Rousseau. Comment abordes-tu ce match contre cet adversaire, Chaville, qui nous talonne au classement ? Crois-tu encore en nos chances de monter en Elite cette année ?

« Nous pouvons gagner contre cette équipe. On joue à domicile. C’est une équipe qui nous ressemble. Le plus dur pour nous va être la reprise. Il faut que l’on joue notre jeu et je pense que ça passera. Il faut les attaquer directement au service dès le début du match pour prendre la domination sur notre adversaire. Il ne faut surtout pas les laisser rentrer dans le match. On aborde une nouvelle année, ça devrait le faire. Quant à l’objectif, nous visions le maintien dès le début de l’année. La montée en Elite, je n’en ai jamais entendu parler pour le moment. Parler de montée pour l’équipe de pré-nationale en National 3 serait plus juste. »

Si nous n’arrivons pas à accéder au championnat supérieur cette année, nous allons sûrement te perdre avec tous ces clubs qui t’ont contactée … Comment vois-tu ton avenir ? Penses-tu qu’il y a un espoir pour te garder dans les rangs de l’effectif l’année prochaine ?

« Mon avenir professionnel reste une priorité. Le volley reste secondaire dans ma vie… Je n’ai pas encore de projets bien définis. Nous avons aussi de bons jeunes qui arrivent ! Je me déciderai comme d’habitude, en août quant à mon avenir dans le volley.  L’objectif, le poste qu’on me propose peuvent orienter mes choix. »

Merci Clémentine ! Nous te souhaitons bonne chance pour le match de dimanche et on se revoit au Fût et à Mesure pour fêter la victoire le soir même et pour que tu payes la tournée de ton anniversaire.

 

Commentaires